China International Import Expo 2018 : a-t-elle été à la hauteur des attentes ?

Posted by Reading Time: 4 minutes

Écrit par : Dezan Shira & Associates

Traduit par : Thibaut Minot

Le 10 novembre 2018, la toute première Exposition internationale d’importation de la Chine (CIIE) s’est tenue à Shanghai. L’exposition a rassemblé des milliers d’acheteurs chinois ainsi que des entreprises étrangères et des représentants gouvernementaux cherchant à exporter vers la Chine.

Annoncée pour la première fois par le président chinois Xi Jinping en mai 2017, cette exposition marquait le dernier d’une série d’efforts visant à inverser le sentiment général sur les pratiques commerciales de la Chine et à promouvoir la Chine en tant que marché ouvert et libre.

Après plus d’un an de préparation et régulièrement salué par les médias nationaux comme le “premier et le plus important salon d’importation” de la Chine, la CIIE n’a pas manqué de capter l’attention.

Maintenant que l’exposition est terminée, nombreux sont ceux qui se demandent si elle a tenu ses promesses et si elle aura des effets à long terme sur l’image de la Chine et ses partenariats commerciaux internationaux.

Participants mondiaux à la CIIE

Selon le Bureau de la CIIE, qui a organisé l’événement, plus d’un million de participants venus de 172 pays, régions et organisations internationales et plus de 3 600 entreprises ont assisté au salon.

Riccardo Benussi, directeur régional adjoint du bureau de Dezan Shira and Associates à Shanghai, a déclaré que “la Chine étant continuellement critiquée à travers le monde pour ses pratiques commerciales et économiques, l’exposition était une occasion pour le pays de montrer au monde extérieur qu’il existe un réel marché pour les produits étrangers dans le pays.”

De nombreux dirigeants et hauts responsables du monde entier ont participé à la manifestation (les États-Unis étant une exception notable), notamment des entrepreneurs parmi les plus fameux du monde, tels que Jack Ma d’Alibaba, Bill Gates de Microsoft et Lei Jun de Xiaomi.

Cependant, les dirigeants de plusieurs multinationales ont évité l’événement. Par exemple, le PDG de Starbucks, Kevin Johnson, a choisi de ne pas assister à la CIIE alors qu’il se trouvait à Shanghai à ce moment.

Néanmoins, de nombreux pays et sociétés étrangères ont envoyé des délégations de taille pour explorer de nouvelles opportunités commerciales en Chine. Benussi a accueilli une de ces délégations à la CIIE et a présenté un exposé à un groupe de représentants de plus de 50 entreprises brésiliennes.

Benussi a commenté : “Le salon était une opportunité significative pour chaque pays représentatif de présenter leurs produits uniques et innovants, qu’il s’agisse de développement de véhicules intelligents à des fins médicales, de machinerie lourde provenant de Corée du Sud et d’Allemagne ou d’hélicoptères légers provenant d’Italie.”

Des accords commerciaux sécurisés

Au terme de cet événement de six jours, le Bureau de la CIIE a annoncé que des transactions d’un montant total de 57,8 milliards de dollars US avaient été conclues.

Trois industries se distinguent du reste : le secteur de la fabrication intelligente (qui représente près du tiers du total des affaires réalisées avec 16,5 milliards de dollars US), suivi de l’alimentation et de l’agriculture (12,7 milliards de dollars US) et de l’industrie automobile (12 milliards de dollars US).

Les autres secteurs notables comprennent les produits électroniques grand public et les appareils ménagers (4,3 milliards de dollars US), les biens de consommation (3,4 milliards de dollars US) et les services commerciaux (3,2 milliards de dollars US).

Il est intéressant de noter que le total des affaires conclues, d’une valeur de 57,8 milliards de dollars US, bien qu’une somme impressionnante, ne représentent à titre comparatif qu’un tiers des importations chinoises en octobre et sont inférieures aux 59,9 milliards de dollars US passés lors de la Foire de Canton de cette année.

En outre, de nombreux observateurs sont sceptiques quant aux chiffres impressionnants que les responsables du gouvernement chinois ont tendance à promouvoir après ce type d’événements. Ces accords sont souvent planifiés longtemps à l’avance et annoncés à l’issue d’un événement consacré à l’optique positive. En outre, bon nombre des accords conclus ont tendance à être non contraignants, ce qui signifie qu’ils peuvent ne pas être réalisés au final.

Impact sur le climat des affaires

Alors que les premiers bilans commencent à se faire sur la CIIE, de nombreux points d’interrogation demeurent quant à l’effet durable que l’événement aura sur l’accès aux marchés chinois pour les étrangers à long terme.

Dans son discours liminaire prononcé lors de la cérémonie d’ouverture de la CIIE, Xi a promis de réduire les droits de douane, d’élargir l’accès aux marchés pour les étrangers et d’accroître les importations d’outre-mer. Cependant, les entreprises et les gouvernements étrangers sont de plus en plus lassés par de telles déclarations, qui manquent de détails et de feuille de route quant à la mise en œuvre des projets.

En fin de compte, il faudra plus que des foires commerciales et la promotion des médias pour regagner la confiance des investisseurs étrangers en attente de réformes concrètes et réalisables. Néanmoins, la CIIE offrait aux entreprises étrangères une occasion d’explorer de nouvelles opportunités de vente sur le marché chinois en pleine croissance.

 

A Propos de Nous

Asia Briefing Ltd. est une filiale de Dezan Shira & Associates. Dezan Shira est un cabinet spécialisé dans l’investissement direct étranger, fournissant à travers l’Asie des services de conseil juridique, fiscal et opérationnel, ainsi que des solutions en comptabilité, audit, et ressources humaines.

Vous pouvez nous contacter à frenchdesk@dezshira.com ou télécharger notre brochure ici.

Restez informés des dernières nouvelles concernant les investissements et le milieu des affaires en Asie en souscrivant à notre newsletter.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *