Le salaire minimum en Chine 2018-2019

Posted by Reading Time: 4 minutes

Écrit par : Dezan Shira & Associates

Traduit par : Fatma Gueye Dione

Le salaire minimum en Chine ne cesse de croître. Au cours des 11 premiers mois de 2018, 15 provinces, municipalités sous contrôle direct et régions autonomes ont augmenté leur salaire minimum : Pékin, Guangdong, Guangxi, Hainan, Henan, Jiangsu, Jiangxi, Liaoning, Shandong, Shanghai, Shenzhen, Sichuan, Tibet, Xinjiang et Yunnan. Une autre région – Chongqing – a déjà annoncé son augmentation de salaire pour 2019.

L’année dernière – un événement politiquement important – 20 des 31 régions de la Chine continentale avaient augmenté leur salaire minimum. En 2016, seules neuf régions ont augmenté leurs salaires, tandis que 19 l’ont fait en 2015.

Le salaire minimum en Chine : comprendre les variations régionales

Les gouvernements locaux en Chine sont tenus de mettre à jour leur salaire minimum au moins toutes les quelques années, mais ils ont la possibilité d’ajuster leurs salaires en fonction des conditions locales.

La plupart des provinces fixent différentes classes de niveaux de salaire minimum dans différentes régions, en fonction du niveau de développement et du coût de la vie d’une région donnée. Par exemple, une classe supérieure pour la capitale de la province et les villes les plus développées et une classe inférieure pour les petites villes et les zones rurales.

En 2018, le Guangdong, le Jiangsu et le Shandong, trois des provinces côtières les plus riches de Chine, figuraient parmi les provinces qui ont augmenté leur salaire minimum. Alors que le Jiangsu et le Shandong ont également augmenté leur salaire minimum l’année dernière, le Guangdong est remarquable parce que c’est la première fois en trois ans qu’il le fait.

Bien que le Guangdong soit la province la plus riche de Chine en termes de PIB, cette province avait auparavant gelé les augmentations de salaire dans le but de renforcer sa compétitivité.

Le Guangdong, communément appelé l’usine du monde, a une économie fortement axée sur le secteur manufacturier, mais la hausse des coûts liés aux terres et à la main-d’œuvre au cours des dernières années a permis aux pays de l’Asie du Sud-Est, tels que le Vietnam et l’Indonésie, de devenir concurrents.

Néanmoins, les grandes villes du Guangdong – avec Jiangsu – ont maintenant dépassé la barre des 2 000 RMB (287,62 USD) pour le salaire minimum mensuel, rejoignant ainsi les rangs de Pékin, Shanghai, Shenzhen, Tianjin et certaines régions du Zhejiang.

Ces augmentations ont renforcé les disparités régionales, les salaires minimums dans les régions les plus développées représentant plus du double de ceux des moins avancés. Shanghai a toujours le salaire minimum le plus élevé en Chine, avec 2 420 RMB (348,02 USD) par mois, suivi de Shenzhen (2 200 RMB / 316,38 USD) et de Pékin (2 120 RMB / 304,87 USD).

Au bas de l’échelle, le salaire minimum dans certaines régions de la province du Guangxi est de 1 000 RMB (143,81 USD), dans les zones rurales du Liaoning (1 120 RMB / 161,07 USD), du Hunan (1 130 RMB / 162,5 USD) et d’Anhui (1 125 RMB). 165,38 USD) légèrement plus élevé.

Cependant, bien que la Chine soit toujours parmi les pays les plus inégaux du monde en termes d’inégalité des revenus, elle a progressé au cours de la dernière décennie. Selon le Bureau national des statistiques de la Chine, le coefficient de Gini du pays est passé de 0,491 en 2008 à 0,465 en 2016, un nombre plus élevé indiquant une plus grande inégalité.

Impact sur les coûts de la main-d’œuvre en Chine

Les salaires minimums ne racontent qu’une partie de l’histoire des coûts de main-d’œuvre en Chine. Au fur et à mesure que l’économie chinoise monte dans la chaîne de valeur et passe à l’innovation et aux services, la plupart des travailleurs employés par des entreprises à capitaux étrangers gagnent plus que le salaire minimum.

Par exemple, les travailleurs à Pékin gagnaient en moyenne 8 467 RMB (1 217,62 USD) par mois au cours du premier semestre de 2018 – environ quatre fois le salaire minimum local. En outre, les obligations des employeurs en matière d’assurance sociale et de fonds de logement ajoutent en moyenne 37,25% au salaire d’un employé.

Cela s’explique en partie par le bassin de main-d’œuvre en Chine qui, bien qu’énorme, se réduit progressivement. Après avoir culminé à 787,07 millions d’euros en 2015, le bassin de main-d’œuvre en Chine s’est réduit à 786,74 millions d’euros.

Cette tendance est plus répandue dans les régions côtières riches de la Chine – le foyer traditionnel des investissements étrangers et de l’industrie manufacturière – que les travailleurs migrants quittent au profit de la Chine continentale. Selon le Bureau national des statistiques, en 2016, la population de travailleurs migrants dans les provinces côtières a diminué de 0,3%, tandis que celle des provinces de l’Ouest a augmenté de 5,3%.

Pour les investisseurs étrangers, la hausse des salaires est une caractéristique inévitable des affaires en Chine.

Néanmoins, si l’on prend en compte d’autres facteurs tels que la productivité, l’infrastructure, les coûts de transport et l’accès à un marché intérieur massif, la Chine peut encore apparaître comme l’option la plus rentable par rapport aux pays où les coûts de main-d’œuvre légaux sont moins élevés.

Lorsque l’on compare les sites d’investissements étrangers en Chine, les salaires minimums constituent un baromètre utile pour évaluer les coûts de main-d’œuvre dans différentes régions. À partir de là, l’identification des niveaux de salaire spécifiques à l’industrie, la disponibilité des talents et l’accès aux incitations régionales offrent une vue plus nuancée des coûts de main-d’œuvre ultimes dans une région donnée.

Cet article a été publié le 28 novembre 2018 et a été mis à jour pour inclure les derniers développements en matière de réglementation.

 

A Propos de Nous

Asia Briefing Ltd. est une filiale de Dezan Shira & Associates. Dezan Shira est un cabinet spécialisé dans l’investissement direct étranger, fournissant à travers l’Asie des services de conseil juridique, fiscal et opérationnel, ainsi que des solutions en comptabilité, audit, et ressources humaines.

Vous pouvez nous contacter à frenchdesk@dezshira.com ou télécharger notre brochure ici.

Restez informés des dernières nouvelles concernant les investissements et le milieu des affaires en Asie en souscrivant à notre newsletter.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *