Les réunions des Deux Sessions de 2018 : croissance économique, objectifs de réforme fixés pour la Chine

Posted on by

Écrit par : Alexander Chipman Koty

Traduit par : Vincent Bonhaume

Le gouvernement chinois a annoncé sa cible de croissance du PIB et ses priorités politiques pour 2018 lors des réunions annuelles des Deux Sessions, le plus grand événement politique de l’année en Chine.

Les réunions des Deux Sessions de cette année ont été éclipsées par le 19ème congrès du Parti, où le président Xi Jinping a présenté une feuille de route politique jusqu’en 2050, ainsi que l’annonce plus récente que le parti envisage de supprimer les limites du mandat présidentiel.

Ces événements ont précipité le débat sur l’orientation à long terme de la Chine et la voie que le pays prendra pour aller de l’avant. Cependant, même si elles sont souvent larges et opaques, les deux sessions offrent aux entrepreneurs un aperçu de la façon dont le gouvernement mettra en œuvre ses plans dans l’immédiat, ainsi que de la façon dont ils s’intègrent dans la situation économique générale.

Objectif de croissance économique

Dans son rapport de travail annuel, le premier ministre Li Keqiang a fixé l’objectif de croissance du PIB de 2018 à environ 6,5%. L’objectif est similaire à celui de l’an dernier, sans ajouter “ou plus si possible en pratique” comme indiqué l’année dernière. Li tempère donc légèrement les attentes pour 2018.

En 2017, le PIB de la Chine a progressé à un rythme plus rapide que prévu de 6,9% grâce à la relance des infrastructures, aux dépenses de consommation et à la reprise de la demande étrangère pour les exportations chinoises. Cela a mis fin à six années consécutives de ralentissement de la croissance du PIB et a rapproché le gouvernement de sa promesse de doubler le PIB de 2010 et les niveaux de revenu par habitant d’ici 2020.

Malgré une croissance robuste en 2017, le gouvernement semble se préparer à une expansion relativement plus lente en 2018, et peut-être même au-delà. En plus de s’abstenir de mentionner « si possible » une croissance plus rapide, M. Li a annoncé que l’objectif de déficit budgétaire serait abaissé à 2,6% du PIB, contre 3% au cours des deux dernières années.

Bien que l’objectif de réduction du déficit budgétaire soit abaissé, la Chine a proposé des réductions d’impôts et des simplifications du code fiscal pour rester attrayante pour les investisseurs. M. Li a indiqué que le gouvernement réduirait à 800 milliards de yuans (126 milliards de dollars) les impôts des entreprises et des particuliers en 2018, soit l’équivalent de 5,2% des recettes de 2018, ou 5,5% des recettes de 2017.

Certains analystes attribuent les baisses d’impôts à la pression pour concurrencer les réductions massives que les Etats-Unis ont adoptées à la fin de 2017, tandis que d’autres pays asiatiques ont également réduit leurs impôts ces dernières années. Pendant ce temps, le système fiscal de la Chine reste complexe – les entreprises devraient accueillir des mesures visant à simplifier le code des impôts.

Contextualiser l’objectif de croissance

Les objectifs de croissance de 2018 interviennent alors que les dirigeants chinois mènent diverses campagnes destinées à réformer l’économie et la société du pays, qui ont été réaffirmées dans le rapport de Li sur le travail. Plus particulièrement, le gouvernement cherche à réprimer les risques systémiques dans l’économie – à savoir le gonflement de la dette – et à approfondir sa lutte contre la pollution, tout en poursuivant un programme de réformes économiques.

Les derniers mois ont vu une intensification de la campagne de réduction des risques, avec des géants corporatifs comme Anbang, CEFC, Dalian Wanda, HNA et LeEco dans le collimateur réglementaire. Dans le même temps, les banques locales sont de plus en plus sanctionnées pour avoir distribué des créances douteuses. Alors que les autorités chinoises de surveillance des banques et de l’assurance s’apprêtent à fusionner et que le gouvernement s’est engagé à éponger 16 000 milliards de yuans (2 500 milliards de dollars) de dette publique locale, la campagne de désendettement devrait s’intensifier en 2018.

Parallèlement, la lutte contre la pollution de l’air s’est également accélérée, la ville de Pékin enregistrant notamment d’importantes améliorations de la qualité de l’air ces derniers mois. Dans le rapport, Li a annoncé que les dépenses antipollution augmenteraient de 19% pour atteindre 40,5 milliards RMB (6,41 milliards USD), dans le but de réduire de 3% les émissions de dioxyde de soufre et d’oxyde d’azote. Alors que la campagne anti-pollution est sans aucun doute positive pour l’environnement, elle pourrait avoir un impact sur l’économie à court terme en raison de la réglementation plus stricte des usines et des industries polluantes.

De plus, alors que certaines réformes économiques – comme la rationalisation administrative et réglementaire – encourageront l’investissement, d’autres efforts de réforme pourraient freiner la croissance en 2018. Par exemple, bien que Xi ne doive pas libéraliser les entreprises d’État – le gouvernement cherche toujours à réformer les entreprises publiques pour les rendre plus efficaces et moins dépendantes des subventions, ce qui peut entraîner dans une certaine mesure de la souffrance économique à court terme.

De même, la création d’un nouvel organe anticorruption centralisé, la Commission nationale de surveillance, étendra la campagne anti-corruption en cours au-delà du Parti communiste à tous les employés publics, y compris les employés des entreprises publiques et des universités.

À long terme, la réduction de la corruption pourrait avoir un effet économique positif en réduisant l’utilisation abusive des fonds publics. Mais dans l’immédiat, cela pourrait entraîner une baisse des dépenses et freiner les investissements et les partenariats au niveau local alors que les fonctionnaires adoptent une approche attentiste à l’égard des dépenses tout en identifiant les meilleures pratiques.

Au-delà de ces initiatives, la Chine continue de faire face à des vents contraires macroéconomiques, tels que le vieillissement de la population et le passage d’une production manufacturière bon marché à une économie définie par la haute technologie, l’innovation et les services. La politique industrielle Made in China 2025 et les possibles libéralisations des restrictions de planning familial sont conçues pour relever ces défis à long terme, mais deviendront encore plus urgentes en 2018.

La perspective d’une guerre commerciale avec les États-Unis est une externalité notable qui pourrait freiner le PIB. La politique commerciale de la Chine a souvent été une cible rhétorique du président américain Donald Trump, qui a récemment exprimé son souhait d’ajouter des tarifs sur l’acier aux tarifs sur les machines à laver et les panneaux solaires. Si une guerre commerciale se développe, elle pourrait avoir des effets étendus et imprévisibles sur l’économie chinoise.

Li a promis que la Chine ouvrirait davantage ses marchés aux investissements étrangers – une mesure qui, si elle était mise en œuvre, pourrait désamorcer les tensions sino-américaines. Cependant, il a offert peu de mesures spécifiques, laissant la perspective d’un accès accru au marché peu claire à l’heure actuelle.

Nouvel accent sur la croissance de haute qualité

Dans son rapport de travail, M. Li a réitéré l’importance d’une « croissance de haute qualité », un concept que Xi a souligné lors du 19ème Congrès du Parti. Tout en minimisant l’importance des objectifs de PIB est politiquement pratique lorsque la croissance ralentit, l’accent mis sur une « croissance de haute qualité » reflète également le développement de la Chine.

La Chine devenant un pays plus riche, avec une économie plus mature, les chiffres de croissance du PIB et l’expansion inexorable sont devenus moins importants, tandis que les problèmes socioéconomiques tels que l’emploi, l’abordabilité du logement, les soins de santé et l’environnement deviennent plus préoccupants.

Des indicateurs comme ceux-ci deviennent de plus en plus importants à surveiller pour le gouvernement, et les autorités locales auraient reçu des instructions en conséquence. Des régions telles que la Mongolie intérieure et Tianjin ont été publiquement exposées dans les médias pour avoir terni les statistiques du PIB – une pratique que le gouvernement central cherche à freiner et à désinciter.

Un éventail plus large d’indicateurs au-delà de la croissance du PIB est envisagé pour évaluer la performance des gouvernements locaux, y compris la protection de l’environnement. Certaines régions de la province de Hainan ont même complètement aboli les objectifs du PIB afin de donner la priorité à la protection de l’environnement.

Le gouvernement a également mis en place des politiques radicales de revitalisation rurale pour remédier aux disparités régionales et potentiellement sortir des millions de personnes de la pauvreté. De telles politiques, si elles réussissent, pourraient représenter un effet plus transformateur sur l’économie chinoise que ce qui serait exprimé en termes de PIB simple.

La meilleure performance économique que prévu de la Chine en 2017 a donné au gouvernement une marge de manœuvre supplémentaire pour poursuivre ses politiques nationales de grande envergure. Ces politiques reflètent un nouvel élan pour transformer la Chine, ce qui pourrait avoir des effets économiques positifs à long terme, mais pourrait ralentir la croissance en 2018.

Cela dit, la plupart des économistes prévoient que le PIB de la Chine augmentera de 6,5% à 6,6% en 2018, conformément aux objectifs prévus par la Chine. Bien que l’économie chinoise soit dans une phase de transition et que la croissance ralentisse légèrement par rapport à 2017, une expansion d’environ 6,5% ferait envier de nombreux autres pays dans le monde et continuerait à offrir des opportunités aux investisseurs étrangers.

 

A Propos de Nous

Asia Briefing Ltd. est une filiale de Dezan Shira & Associates. Dezan Shira est un cabinet spécialisé dans l’investissement direct étranger, fournissant à travers l’Asie des services de conseil juridique, fiscal et opérationnel, ainsi que des solutions en comptabilité, audit, et ressources humaines.

Vous pouvez nous contacter à china@dezshira.com ou télécharger notre brochure ici.

Restez informés des dernières nouvelles concernant les investissements et le milieu des affaires en Asie en souscrivant à notre newsletter.



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Dezan Shira & Associates

Meet the firm behind our content. Dezan Shira & Associates have been servicing foreign investors in China, India and the ASEAN region since 1992. Click here to visit their professional services website and discover how they can help your business succeed in Asia.

News via PR Newswire

Never Miss an Update

Subscribe to gain even better insights into doing business throughout the China. Subscribing also lets you to take full advantage of all our website features including customizable searches, favorites, wish lists and gift functions and access to otherwise restricted content.

Scroll to top