French

L’Après Réforme TVA: Mise au Point sur l’Imposition des Ventes Mixtes et Composites en Chine

Posted on by

Écrit par: Dezan Shira & Associates
Traduit par: Alberto Díaz

Étant donné que la transition du Business Tax à la TVA a été achevée en début d’année, la question du régime fiscal applicable aux ventes “mixtes” ou “composites” a été clarifiée. Cependant, le système national de TVA utilise de nombreux taux d’imposition différents ayant un impact sur ces deux types de ventes. Par exemple, si une entreprise vend et installe du matériel de sécurité incendie, la transaction sera-elle taxée comme une vente de biens ou alors comme une vente de services? Dans cet article, nous explorons comment déterminer le taux d’imposition approprié.

Ventes mixtes

En règle générale, une vente qui comprend à la fois des biens et des services est définie comme une vente “mixte”. Par exemple, un fabricant de matériel de sécurité incendie vend de l’équipement à ses clients et, en même temps, fournit un service d’installation du produit vendu. Selon la Circulaire Chinoise sur la Réforme Pilote du Bussines Tax sur la Taxe sur la Valeur Ajoutée (Cai Shui [2016] n° 36), “les sociétés ou commerçants individuels participant à la production, à la vente en gros, ou à la vente de détail de produits” sont sujets à un taux de TVA de 17 pour cent, ou de 13 pour cent pour certaines catégories de produits. Les autres ventes mixtes de sociétés ou commerçants individuels sont sujettes aux taux de TVA en vigueur.

Néanmoins, la loi ne spécifie pas de critères pour définir le terme “participant à la production, à la vente en gros, ou à la vente de détail de produits”, ce qui peut être problématique lorsqu’on essaie d’identifier le champ d’activité d’une société et donc le taux d’imposition adéquat. Auparavant, “L’Avertissement d’Annulation de Certains Documents et Catalogues de la Réglementation de la TVA (Cai Shui [2009] n° 17)” stipulait que “la production ou le commerce en gros ou de détail de produits” implique qu’une société participe principalement à une activité économique imposable, ce qui veut dire que les ventes annuelles de produits représentent plus de 50 pour cent du volume total des ventes annuelles et des services non imposables sous le régime TVA, contrairement au chiffre d’affaires des services non imposables sous le régime TVA . Toutefois, cette loi a maintenant été déclarée nulle, ce qui signifie qu’il n’existe actuellement aucune norme uniforme en vigueur pour déterminer officiellement les activités qui constituent un engagement dans la production en gros ou de détail de produits. En outre, les normes provinciales en cette matière sont incohérentes.

Le principal moyen de déterminer les méthodes fiscales pertinentes consiste à identifier correctement le principal champ d’activité de la société. Ceci peut être fait de deux façons. Tout d’abord, le champ d’activité de la société, détaillé sur la licence d’exploitation, peut être vérifié. Le champ d’activité et le régime fiscal pertinent deviennent évidents si la vente de biens et la vente de services sont spécifiées clairement dans le champ d’activité. Deuxièmement, la proportion du revenu des ventes annuelles peut être utilisée comme un indicatuer. Si le revenu provenant de la vente de biens représente plus de 50 pour cent du revenu annuel, ce revenu devrait être taxé selon le taux de TVA en vigueur pour la vente de produits. Si le revenu provenant de la vente de services représente plus de 50% du revenu annuel, ce revenu devrait être taxé selon le taux de TVA en vigueur pour la vente de services.

Ventes composites

Si une société vend des biens ou conduit des activités économiques sujettes à la TVA, tout en conduisant des activités imposables en parallèle sans lien avec l’activité principale, ces ventes sont classées comme des ventes dites “composites”. Lorsque des montants de ventes sont sujets à des taux d’imposition différents, ils doivent être taxés séparément. Si la taxation n’est pas effectuée séparément, le taux d’imposition le plus élevé sera appliqué. Lorsqu’ il est déterminé si les ventes sont composées, les ventes de biens sont sujettes à un taux de TVA de 17 pour cent et les ventes de services sont sujettes au taux de TVA appliqué aux services spécifiques rendus (généralement 6 pour cent). Les ventes composites prennent forme dans deux situations différentes:

  1. Dans le cadre d’une seule transaction de vente, au moins deux services ou biens imposables différents sont vendus. Par exemple, une entreprise avec des qualifications de design et de construction et un client signent un contrat dans lequel les services de design sont taxés à 6 pour cent et les services de construction à 11 pour cent, séparément.
  1. Dans le cadre de deux transactions de vente ou plus. Par exemple, un producteur d’équipement avec des qualifications de vente de produit et d’installation et un acheteur d’équipement signent un contrat de vente. Cependant, la première transaction ne comprend que la vente du produit et pas l’installation. Ensuite, le producteur réalise une autre transaction qui comprend l’installation d’un autre produit diffèrent et les deux parties signent un contrat d’installation. Dans ce cas précis, le producteur d’équipement doit payer une TVA correspondant aux services d’installation.

Si deux services ne sont pas taxés séparément, ils doivent être taxés selon le taux de TVA le plus élevé.

Différences

Les ventes mixtes et les ventes composites sont similaires dans le sens qu’elles sont toutes les deux des ventes groupées de biens et de services. La principale différence réside dans le fait que les ventes mixtes impliquent à la fois des ventes de biens et des ventes de services dans une seule transaction, et que la transaction opérée est directement liée à la marchandise vendue. Les ventes composites concernent une vente de deux biens ou services ou plus, mais les transactions ne sont pas directement liées. En pratique, déterminer si une transaction de vente est individuelle ou non dépend généralement du contrat. Si un contrat spécifie le prix des biens et des services, il est également reconnu comme un contrat de vente et la vente à son tour comme une vente mixte.

James Zheng, expert fiscal chez Dezan Shira & Associates, ajoute: «La relation contractuelle entre deux entités est la base de toutes les activités commerciales, et les implications fiscales potentielles sont trop importantes pour être ignorées avant de signer un contrat. A partir des situations fiscales présentées dans cet article, les investisseurs étrangers peuvent entrevoir la complexité du système de TVA en Chine. Sans une planification rigoureuse, des obligations fiscales plus élevées peuvent facilement être engagées. La révision des contrats d’un point de vue fiscal doit être soigneusement effectuée, de la même façon que le système chinois des «fapiao» (reçus fiscaux officiels), car il constitue un facteur important dans la détermination des relations contractuelles entre deux entités. Certains types de «fapiao» sont strictement surveillés par le gouvernement, et dans certains cas, doivent être délivrés via des demandes à part auprès des autorités fiscales locales. Dans le pire des cas, l’échec d’émission d’une «fapiao» appropriée pourrait paralyser la mise en œuvre d’un contrat.»

À Propos de Nous

Asia Briefing Ltd. est une filiale de Dezan Shira & Associates. Dezan Shira est un cabinet spécialisé dans l’investissement direct à l’étranger, fournissant à travers l’Asie des services de conseil juridique, fiscal et opérationnel, ainsi que des solutions en comptabilité, audit, et ressources humaines.

Vous pouvez nous contacter à china@dezshira.com ou télécharger notre brochure ici.

Restez informés des dernières nouvelles concernant les investissements et le milieu des affaires en Asie en souscrivant à notre newsletter.

Évaluation des changements apportés aux procédures d’établissement des FIE en Chine

Posted on by

Écrit par: Dezan Shira & Associates
Traduit par: Alberto Diaz    

Des modifications essentielles, concernant la création de sociétés à capitaux étrangers (FIE) en Chine, sont entrées en vigueur le 1er octobre 2016.  Le précédent processus administratif d’enregistrement a été remplacé par un système de dépôts simplifié, réduisant de trois à douze jours les délais de traitement des demandes. Ce système d’incorporation simplifié avait été établi à l’origine dans les zones de libre-échange (FTZ) de la Chine et sera maintenant implémenté à l’échelle nationale.

La réforme affecte quatre lois différentes, à savoir celles relatives aux joint-ventures sino-étrangères, aux joint-ventures contractuelles, aux sociétés à capitaux cent pour cent étrangers (WFOEs), et aux investissements réalisés par des entités taïwanaises. Le Ministère du Commerce (MOFCOM) a publié des mesures provisionnelles concernant le nouveau système d’enregistrement le 8 octobre, qui définissent et gouvernent les principaux attributs du système.

Continue reading…

Faux Départ: L’Importance du Dépôt de Marques en Chine

Posted on by

Écrit par: Dezan Shira & Associates
Traduit par: Thibaut Minot

La société Apple a récemment été impliquée dans plusieurs cas d’infractions de propriété intellectuelle (PI) en Chine, qu’elle a perdus. En juin dernier, par exemple, les ventes de tous les modèles de la série iPhone 6 d’Apple ont été suspendues par le Bureau Municipal de la Propriété Intellectuelle de Pékin (BJIPO) en raison de la violation présumée du brevet de conception du modèle de téléphone mobile 100C de Shenzhen Baili. Plus tôt cette année, Apple avait déjà perdu un litige de marque déposée contre Xintong Tiandi, une entreprise de Pékin de produits en cuir qui utilisait le mot « IPHONE » sur ses portefeuilles. Certaines entreprises étrangères opèrent encore en pensant que, puisqu’elles ont enregistrées leur marque dans leur pays d’origine, cette marque sera protégée en Chine. Ce n’est pas le cas, et l’Administration de l’Industrie et du Commerce (AIC) ne reconnaît pas les dépôts de marques effectués à l’étranger.

Continue reading…

Options Disponibles Lors de la Restructuration d’une Entreprise en Chine

Posted on by

Écrit par: Dezan Shira & Associates
Traduit par: Thibaut Minot

Pour diverses raisons, les investisseurs étrangers peuvent être amenés à repenser leurs opérations en Chine. Comme la plupart des pays émergents d’Asie, la Chine a une économie en évolution rapide et les changements peuvent y avoir lieu du jour au lendemain. Les coûts du travail peuvent augmenter, les incitations fiscales peuvent disparaitre, et les préférences des consommateurs peuvent évoluer. En outre, une restructuration pourrait devenir nécessaire en raison d’erreurs commises ou de changements qui ont lieu au sein de la société étrangère elle-même. Cet article présente quelques options disponibles pour les sociétés étrangères qui connaissent de tels problèmes en Chine.

Continue reading…

Réforme de la TVA en Chine et ses Implications pour les RO

Posted on by

Écrit par: Dezan Shira & Associates 
Traduit par: Thibaut Minot

La finalisation de la réforme du système chinois de taxe sur la valeur ajoutée (TVA), le 1er mai 2016, constitue le plus grand bouleversement en matière de fiscalité en Chine au cours des 20 dernières années. Parmi les nouveautés, le taux d’imposition sur les activités commerciales menées par les bureaux de représentation (RO) en Chine a été abaissé de cinq pour cent à trois pour cent. La réduction de la charge fiscale des RO pourrait amener les investisseurs étrangers à radicalement restructurer leurs pratiques commerciales, afin de tirer parti des avantages de la réforme. À l’heure actuelle, aucun règlement n’a été écrit concernant les taux d’impositions applicables ou les méthodes de paiement de la taxe pour les RO. Les contribuables doivent communiquer directement avec le bureau des impôts compétent avant de déclarer leurs impôts. Dans cet article, nous fournissons une brève introduction aux règles fiscales chinoises concernant les RO, et examinons l’impact potentiel de la réforme de la TVA sur la structure fiscale des RO.

Continue reading…

Capital Social, Prêts d’Entreprise, et le Prompt Rapatriement des Bénéfices d’une WFOE en Chine

Posted on by

Écrit par: Thibaut Minot

La société à capitaux cent pour cent étrangers (WFOE) reste la structure d’investissement la plus populaire parmi les investisseurs étrangers souhaitant monter une entreprise en Chine. Dès le début du processus d’incorporation d’une WFOE, les investisseurs sont confrontés à la tâche délicate de décider combien de capital social à dédier à leur entreprise. Parce que les fonds excédentaires peuvent devenir inactif et retarder le rapatriement des bénéfices – et tomber à court de capital social expose la WFOE au risque de banqueroute – la planification minutieuse des engagements de capital social est nécessaire. Pour les investisseurs qui recherchent le bon équilibre entre le sous-engagement et sur-engagement du capital social, la capacité à se replier sur des prêts d’entreprise offre une souplesse bienvenue, et peut aider à accélérer le processus tant attendu du rapatriement des bénéfices.

Continue reading…

Considérations Stratégiques Lors de l’Incorporation d’une WFOE en Chine

Posted on by

Écrit par: Chet Scheltema et Vivian Mao
Traduit par: Thibaut Minot

L’établissement d’une présence commerciale formelle en Chine présente de formidables opportunités, mais, en même temps, les risques sont nombreux et l’environnement opérationnel complexe. Toutes décisions prises peuvent se révéler difficiles et coûteuses à remédier dans le futur et peuvent exposer une entreprise à des conséquences indésirables. Par conséquent, il est important de bien réfléchir et agir stratégiquement lors de la planification de la mise en place d’une entreprise en Chine, et d’agir en consultation avec un spécialiste.

Continue reading…

La Chine Façonne son Modèle d’E-Commerce

Posted on by

Écrit par:  Kimberly WrightChina E-commerce
Traduit par: Mathilde Veyrat

Le gouvernement chinois a officiellement rendu publique le 29 juin 2015 sa proposition pour la mise en place de zones d’e-commerce transfrontalières intégrées. La ville de Hangzhou y est désignée comme l’épicentre du e-commerce en Chine et comme modèle de base pour six autres villes de la province du Zhejiang: Ningbo, Wenzhou, Jiaxing, Huzhou, Jinhua et Yiwu. Les autorités espèrent faciliter les transactions e-commerce transfrontalières et stimuler l’import-export dans le pays grâce à diverses subventions et mesures préférentielles accordées aux entreprises évoluant dans le secteur. Continue reading…

Scroll to top